Burkina Faso

En 2018, le Burkina Faso présentait un taux de césarienne de 3%, ce qui représente une multiplication par 6 par rapport au taux de 0,5% de l’année 2000. Cette croissance pourrait s’expliquer par une politique de décentralisation des soins et d’exemption du paiment de la césarienne par les usagers. . En formant des médecins généralistes à exécuter des opérations communes dont la césariennes, tout en réduisant la barrière financière, le Burkina Faso a permis aux femmes enceintes d’accéder plus facilement à la césarienne. La réussite de cette politique se traduit également par une réduction du taux de létalité des césariennes de 2% en 2001 à 0,15% en 2014. Toutefois ce progrès considérable s’est accompagné de certains abus et d’une utsilation inaprpipriée de la césarienne. Entre 2016 et 2018 plusieurs études ont monré que près d’un quart des césariennes réalisées ne seraient pas médicalement justifiées.

De plus, ce taux national de 3% , en dessous du taux minimum de 5% recommandé par l’OMS, suggère que sur- et sous-utilisation des césariennes co-existent et affaiblissent un système de santé déjà fragile.

Source : Trends in caesarean section rates and places of delivery in Burkina Faso (I. Sombie et al.)

Les dernières actualités et publications sur le Burkina Faso :